interview pro

Interview Elodie HANNHART – Yves Rocher

Retrouvez ici un interview avec un professionnel du digital : Elodie Hannhart, traffic manager chez Yves Rocher. Pourquoi Yves Rocher ? Parce que l’un des étudiants du M2 MCCD fait son alternance parmi ce grand groupe ! Métier, alternance, digital… découvrez tous les conseils et infos d’Elodie Hannhart !

Le poste de Traffic Manager chez Yves Rocher

Yves Rocher-Elodie Hannhart

Les missions d’Elodie Hannhart en tant que Traffic Manager chez Yves Rocher :

  • Génération de trafic/de commandes sur le site et en magasin (affiliation, e-mailing d’acquisition, display, retargeting, facebook ads)
  • Coordination entre les équipes commerciales et les agences partenaires
  • Analyse de la performance des leviers d’acquisition

Ancienneté : 16 ans (depuis 2001) chez Yves Rocher et 4 ans dans l’équipe digitale.

Cursus suivi : EDHEC (Ecole des hautes études commerciales du Nord).

Quelles sont les qualités requises pour exercer votre métier?

Ouverture d’esprit, rigueur, organisation, réactivité, écoute du marché et des concurrents, ouverture à la technologie, être à l’aise avec les chiffres.

Comment a évolué votre métier ?

Le périmètre de mon métier évolue beaucoup et très rapidement comme l’Internet. Ex : l’apparition du drive-to-store (amener du trafic en magasin) qui amène de nouvelles technologies, de nouveaux partenaires ou encore l’émergence du Out-of-Home advertising (panneaux de publicité interactifs).

Comment s’inscrit le digital au sein de votre entreprise ?

Cela fait 20 ans que l’équipe digitale existe au sein d’Yves Rocher France avec une petite équipe de 15 personnes. Le digital est au service du site de ventes en ligne mais il est également au service des magasins. On est complétement dans une logique ROPO ‘Research Online Purchase Offline ». Internet s’inscrit vraiment dans le parcours client. Yves Rocher met les moyens nécessaires pour être sur le digital.

Quels sont pour vous les avantages de l’alternance dans une formation en digital ?

Il est intéressant que l’alternant suive une formation en digital en alternance car il peut ainsi mettre en parallèle ce qu’il étudie en cours et fait en entreprise. L’idéal est qu’il puisse nourrir son travail en entreprise de ce qu’il apprend en cours et vice versa. L’alternance est quelque chose dans tous les cas de très positif qui permet d’avoir une réelle expérience en entreprise, ce qui prime sur le CV pour la suite. L’alternance et les années de césure sont de véritables tremplins dans la vie active, plus qu’un cursus purement universitaire et purement théorique.

Quelles sont les missions du poste de l’alternant ?

L’alternant, qui agit comme mon bras droit, prend en charge un certain nombre de missions opérationnelles liées aux campagnes commerciales. Il est en charge des relations avec les partenaires (développement des éléments graphiques, transmission et validation des informations), des analyses chiffrées et du suivi opérationnel. A terme l’alternant sera entièrement autonome.

Quels étaient vos critères de sélection dans le choix d’un alternant en digital ? Quel a été l’élément décisif ?

Les critères déterminants ont été : l’expérience en digital par le passé (en termes de stages, etc) et l’adéquation du cursus avec les missions du poste. L’élément décisif a été le rythme d’alternance : 3 semaines/1 semaine est très pratique car cela permet de déléguer plus de dossiers. La personne devait aussi présenter un fort intérêt pour le digital. Les écoles et les classements n’ont pas été un élément discriminant.

Quelles étaient vos hésitations/préoccupations dans le cadre de l’embauche d’un alternant ?

Lorsque j’ai recruté mon premier alternant j’étais assez sereine sur le fait de pouvoir déléguer car je savais que j’aurais des missions à lui confier. La crainte venait plus de moi, c’était un peu une grande première pour moi de manager. Je ne savais pas si j’allais bien pouvoir transmettre mon savoir et mes missions, si j’allais pouvoir tenir une bonne relation de confiance tout au long de l’année et réussir à faire évoluer et grandir l’étudiant. Au final, ces craintes n’étaient pas fondées !

Cet article vous a plu ? Découvrez ici d’autres interviews de professionnels du digital !  

A bientôt pour un nouvel article et n’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux pour connaître les dernières tendances digitales 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *